Avertir le modérateur

26/11/2008

Où je live-blogue ma journée de boulot

Il parait que je suis pas très assidue sur mon blog en ce moment. C'est que, voyez-vous, je blogue sur la télé, et à part deux minutes de Sebastien Follin et un bout de "Un dîner presque parfait", j'ai plus le temps de zapper moi. Mais ça me manque, et je vois pas pourquoi ma journée de boulot serait moins passionnante que la star ac ou la nouvelle star. Alors, je m'autolive-blogue. Ce qui équivaut à s'autokiffer, je vous l'accorde.

7h29: je suis au boulot  j'ai déjà fumé 5 clopes et bu trois cafés. Pendant ce temps, vous dormez feignasses. D'ailleurs, une blogueuse de ma connaissance était censée live-blogger sa journée aussi (on a les amis qu'on mérite). Evidemment, à cette heure-là, elle est encore couchée.

PROFITONS-EN POUR LA POURRIR UN PEU. Pour cela, une simple photo de son intérieur suffit. C'est moche de se laisser aller comme ça.

J'appelle également les protecteurs de nos amis les bêtes à contacter les associations pour sortir ce chat (oui, le truc gris derrière le seau rouge) de ce cloaque.

 

TITIOU.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

7h58: Ah, premier commentaire d'un certain Guy Georges qui nous écrit de son iphone depuis la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.

8H25: Titiou, l'autre live-blogeuse est levée, c'est pas trop tôt (les ravages de l'alcool). Et oui, je suis d'accord, c'est pas un nom ça "Titiou".

8h40: je sais pas si c'est l'évocation d'une levrette, chez l'autre là, mais j'ai faim.

8h51: J'ai toujours aussi faim, mais je vais plutôt aller fumer une clope. Miam les effets anorexigènes de la cigarette. Le crack marche bien aussi, mais il est encore un peu tôt.

9h02: Je viens de faire un gros bisou a un collègue qui fête ses 24 ans aujourd'hui. No zob in job, mais les poutous, c'est permis.

9h13: Arrivée de Chef-bien-aimée-vénérée. Je me redresse et je me mets à taper très fort sur mon clavier. c'est ça le secret.

Elle est venue avec sa fille because grève de la crèche. J'espère qu'elle a amenée des choco BN que je pourrais lui gauler, j'ai tjs la dalle moi.

9h30: On me fait remarquer que mon live-blogging est chiant. C'est la vie qui est chiante mon p'tit bonhomme. Hein fidel gastro?

9h37: Comme il y a une enfant ce matin, dans la rédaction, les mots "bite, couilles, nichons, cul, putain, nique sa race" sont bannis... Dur

9h52: Hummm, c'ets l'heure de la conférence de rédaction. le moment où ond ébat des sujets d'actualité, un peu comme chez moati. Si, si, j'vous jure. Mais bon, comem y a la presse, on peut surtout apprendre par coeur la météo du parisien est regarder l'horocope de tous les gens qu'on connaît.

10h31: Oui, ça dure longtmeps une conf de redac

10h31 toujours: ça fait flipper, titiou et moi on a les mêmes lectures le matin apparemment...

10h49: Hmmm, je reviens de la salle fumeur et je poque la gitane sans filtre... heureusement que j'ai dit plus haut que no zob in job passke là, j'aurais du mal à pécho, même le mec qui répare la amchine à café (et non, je n'ai rien contre els mecs qui réparent les amchines à café, c'est un très beau métier)

11h17: On se fait chier velu là

11h45: Grand corps malade, dans les coms, m'apprend que titiou a déjà 15 coms. C'est normal, elle est plus jeune que moi, elle a plein de copains skyblogeurs qui "lâchent leur coms kikoo lol"

11h46: Oui, Titiou. j'ai pris une douche, je me suis lavé les cheveux et j'ai même viré deux trois poils qui se baladaient sur mes mollets.

12h09: Je réfléchis à une manière de rendre ce live-blogging plus attractif. des idées? (habile manière de dire "lachez vos coms")

12h23: merci abstrait concret. Excellente idée, car il s'en trouve qu'en effet, j'ai des collègues de bureau qui méritent de prendre cher. Le souci, c'est que ces mêmes collègues lisent ce blog (ne me demande pas pourquoi, car personnellemnt, je en lis aps ce qu'ils écrivent sauf quand je susi obligée... et je ne voudrais pas qu'A. sache que je raconte qu'elle se balade partout avec un gloss rose pouffe dans la poche de sa jupe (oui, gloss+ rose+jupe pour une même personne, c'est beaucoup).

Ni que si C. continue a me causer comme à une merde, je risque très probablement de cracher dans son cappuccino.

Ni que C. sache que j'ai envie de lui foutre mon poing dans la gueule quand il rit.

12h34: pas de nouvelles de Titiou depuis 11h19.

13h: je suis en train d 'écrire ma lettre au père Noel, ce bâtard, qui a interet à se rappeler de moi cette fois pas comme les 22 30 dernières années

13h14: Ca pue le sandwich au thon ici. Et ça pas moi.

13h28: L'avantage, quand on n'a pas le temps de sortir manger tellement on a du boulot, c'est qu'il y a tjs des collègues sympas qui vont te prendre à manger.

Inconvénient: tu bouffes ta gamelle toute seule comme une merde devant ton écran.

13h42: Hummm miam miam, une aubergine froide avec du fromage fondu mais froid. Ah oui, c'est aussi un des inconvénient de se faire amener à bouffer. Soit c'est un mec et il vous prend au mieux une aubergine bolognaise froide, au pire des carootes râpées, y a des mecs, c'ets comme ça, ils sont persuadés que toutes les filels sont au régime. Notez que quand c'est une fille, c'est pas mieux, neuf fois sur dix, elles vous rapportent du quinoa.

14h28: Je veux pas balancer mais je crois que Titiou me fait des avances

jugez vous-même: "C'est troublant. C'est comme si on pouvait se retrouver dans une chambre d'hôtel virtuelle"

15h: ca y est. c'est le moment où certaines personnes sérieusement à me péter les noix.

Il me faut parfois puiser à l'intérieur de moi une force, une patience et une sérénité de malade mental pour pas attraper une personne par les cheveux et lui fracaser le crâne contre le bureau en lui criant: "ça t'arrache la gueule de dire bonjour?"

16h27: Je crois que Titiou est décédée. moi, en revanche, j'ai bossé ma race et j'ai même écrit une lettre au Père Noël.

17h56: j'ai gagné au baby-foot contre cette tapette de Vincent Glad. clap clap

18h03: Ici, Titiou vend un frigo. Moi, j'ai rien à vendre. En revanche, je cherche un 2 pièces à paris. Si vosu disposez de ce bien, écrire à al rédaction qui transmettra (enfin, lâchez un com', quoi).

18h55: joli score. cela fait donc 12 heures que je suis au boulot

Titiou est allée se pendre, avec un peu de chance, elle m'a laissée un bout de corde. Riche idée que nous avons eu, ça donne une idée encore plus précise du néant.

19h12: une journée pourrie n'étant jamais tout a fait pourrie sans un imprévu: une copine annule la soirée moule qu'on avait prévue.

Mais ô joie, je suis invitée à boire un verre pour l'anniversaire d'un copain et néanmoins collègue. Vazy souris à la vie et va-t-en jeter un petit (attention, maxime)

25/11/2008

Le rap des années 90

menelik2.gif



Que celui qui n'a jamais chaloupé du bassin sur du Alliance Ethnik me jette le premier CD deux titres.
Je précise: je parle pour la génération qui n'a pas conu l'ORTF mais qui a bouffé du club dorothée.

Ce matin, conversation banale entre collègues. On commence à causer de Booba, et, nostalgie oblige, ça finit en jukebox des chansons de rap français pourries que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître.
Et où on réalise que, une dizaine d'années plus tard, on se souvient encore des paroles des tubes de Menelik. Et le pire, c'est que même pas honte. A croire que ce faux-pas culturel est à ranger dans la même catégorie que "oui, j'ai porté des sous-pull en acrylique", ou "oui, j'étais au fan club de Corbier". Un passage obligé vers l'âge adulte et l'apprentissage du bon goût.

Alors, moquons-nous de nous-mêmes, et replongeons un instant dans cet univers fait de vibe, de groove et de clips plus-pourris-tu finis-à l'UMP-et-dans-un-bouquin-de-Christine-Angot

Tout a probablement commencé avec Alliance Ethnik, où tout le monde, je dis bien tout le monde, même les anglais 1ere langue, faisaient du yaourt sur la partie chantée en anglais. Ca donnait ça: respect yourphonque musice swaut the bird is sky i grouve".


 

 

 

Mais ça s'est vraiment gâté avec ça. Quand on voit Mel-K conduire une décapotable rouge avec un doigt, on se dit qu'y a arnaque là.



 

 

Et puis Menelik a vu de la lumière. Et il est rentré, le con.
Notons la puissance dramatique des paroles, y a du rohmer là-dedans: "Où t'étais? invité par des potes à une tefê. On s'amusait bien, je n'ai aps vu l'heure qu'il était". Et aussi, la présence en guest star de Mouss Diou et Tabatha Cash.


 

On sait jamais comment ils s'appellent mais on se rappelle bien des paroles: lève les bras balance toi sur le rythme de nos voix... laisse le groove guider tes pas". C'est Reciprok.



Puis on attend le degré zero des paroles avec un refrain simple et fonky: "chi cha"


 

Encore des paroles subversives et choc: "Relax Max et cool Abdul" avec Mad in paris (attention jeu de mots)



 

 

Mais rendons à MC Solaar ce qui lui appartient. L'homme qui fait rimer "London" avec "Kingtson" et "Carcassonne".


 

 

Un peu plus tard dans la décénnie, mais c'est mon coup de coeur: La clinique ou comment un mec avec un bec de lièvre et des chicots pourris veut nous faire croire qu'il pécho. Bref, le rap français des années 90, c'est bidon.

 

 



 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu